Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Zoom sur la dyslexie

La dyslexie est un terme inventé par Rudolf Berlin, un ophtalmologiste allemand. Elle est souvent associée à des idées reçues. Pourtant, les personnes atteintes de ce trouble ne sont pas moins intelligentes que les autres. Les personnes à haut potentiel sont par ailleurs bien souvent dyslexiques également. Selon l’OMS, ce sont 8 à 10% des enfants qui sont atteint de dyslexie, dont une majorité de garçons. Mais qu’est-ce que la dyslexie ?

La dyslexie, quésaco ?

C’est un trouble de l’apprentissage qui touche l’acquisition du langage écrit, la lecture et la compréhension d’un texte, mais aussi l’orthographe. La dyslexie est un problème durable, on ne peut pas en guérir car elle est d’origine neurologique. En revanche, celle-ci n’a aucun lien avec l’intelligence et la paresse. De ce fait, il est possible d’apprendre à vivre avec. Pour cela, il faut trouver des alternatives et des moyens de compenser les difficultés qu’elle induit. 

 

À noter également qu’il existe deux types de dyslexie, celle qui est acquise, par exemple à la suite d’un choc cérébral, et celle que l’on désigne comme développementale. Bien souvent, ce trouble est diagnostiqué à l’école mais si celui-ci est léger, il est possible qu’il soit détecté seulement à l’âge adulte. Pour être sûr, le mieux est de se tourner vers une orthophoniste pour effectuer des tests. 

 

En tout cas, il est important de le diagnostiquer assez tôt, car sinon cela peut engendrer de grosses difficultés scolaires.

Les différentes formes de dyslexie

Tous les dyslexiques ont un trouble plus ou moins fort, et tous n’ont pas les mêmes difficultés. Le plus fréquent est le problème de décodage, c’est-à-dire lorsqu’un individu confond les sons dit “phonèmes” et les lettres, aussi appelées “graphèmes”. C’est ce que l’on appelle la dyslexie phonologique. Par exemple, un élève peut confondre deux lettres car elles se ressemblent, comme le “p” et le “b”. 

 

Une personne atteinte de ce trouble pourra rencontrer des difficultés à mémoriser l’orthographe des mots qui ne se prononce pas comme ils s’écrient, comme “monsieur” ou bien “femme”. On appelle cela la dyslexie de surface. 

 

Par ailleurs, il peut arriver que certains enfants soient atteints de ces deux types de dyslexie, à des degrés différents. Globalement, la dyslexie rend la lecture et la compréhension des textes plus lentes et plus difficiles. C’est pour cela que ces élèves bénéficient d’un tiers temps pour les examens et concours nationaux.

Les solutions pour vivre avec

Ce trouble est à vie, il faut donc l’accepter et trouver la volonté de se surpasser pour trouver des alternatives. Une rééducation auprès d’une orthophoniste est fortement conseillée. Aussi, il commence à développer de nouvelles technologies pour faciliter le quotidien des personnes dyslexique, comme la lampe Lexilight qui permet de faciliter la lecture. 

 

Également, choisir une scolarité différente peut être une bonne alternative. En effet, un enseignement qui s’adapte au rythme et aux difficultés de chaque enfant est un moyen de redonner confiance et l’envie d’apprendre. C’est pour cette raison que nous avons choisi d’accueillir des enfants atteints de dyslexie au sein de Hackschooling. Avec un accompagnement personnalisé, un rythme flexible, il est possible aux apprenants atteints de ce trouble de mieux vivre leur scolarité et d’avancer vers la réussite plus sereinement.

La dyslexie est un trouble durable qui impacte la lecture, l’écriture et la compréhension d’un texte. N’ayant aucun lien avec le niveau d’intelligence, elle touche de nombreuses personnes toutes classes sociales confondues. Il est important de déceler ce trouble le plus tôt possible afin de trouver une solution pour le compenser au plus vite. Dans le cas contraire, il engendrera des difficultés scolaires et les lacunes accumulées seront un frein à la réussite de l’élève. Il existe de nombreuses alternatives pour apprendre à vivre avec la dyslexie comme la rééducation chez une orthophoniste, des innovations ou bien encore le choix d’une scolarité différente.